Friday, December 15, 2017

Pourquoi Saint Oreste a-t-il souri ?

À l'époque de l'implacable persécution lancée par l'empereur Dioclétien (vers 305), la terreur régnait et le sang coulait à flots, jusque dans les régions les plus extrêmes de l'Empire. Où qu'ils se trouvent et quelle que soit leur condition les chrétiens devaient alors choisir entre l'apostasie ou le martyre. Dans la ville de Satala, en Arménie, vivait alors un brillant aristocrate, Eustrate, conseiller de rang ducal et chef des notaires impériaux de la cité, qui avait pu jusque-là garder secrète son appartenance à l'Église. Devant les glorieux combats des confesseurs de la foi, il fut saisi lui aussi du désir d'obtenir la couronne inflétrissable des martyrs, mais il craignait encore la perspective des supplices: Peut-être n'aurait-il pas le courage de les endurer et reculerait-il? Pour savoir si la volonté de Dieu était bien qu'il s'avançât au combat, il confia sa ceinture, signe de sa dignité, à l'un de ses serviteurs, en lui recommandant d'aller la poser sur l'autel de l'église et de lui dire si la première personne qui allait entrer dans le sanctuaire pour la prendre serait bien le vénérable prêtre Auxence.
Comme Il en fut ainsi, encouragé par ce signe et ne craignant plus ceux qui ne peuvent tuer que le corps (Mt 10, 28), il invita ses amis et ses proches à venir partager sa joie dans un banquet, au cours duquel il leur annonça qu'il allait bientôt recevoir un trésor inaltérable.
Le lendemain, comme le duc Lysias faisait comparaître les prisonniers chrétiens à son tribunal, au centre de la ville, Eustrate s'avança soudain, se déclara chrétien et demanda à être associé à leur sort. D'abord stupéfait, le magistrat ordonna de le dépouiller des insignes de sa charge, de lui ôter ses vêtements et de le fustiger, avant de le soumettre à l'interrogatoire. Puis, suspendu par des cordes au ­dessus d'un brasier, il fut à nouveau sauvagement frappé. Tout en restant aussi indifférent à la douleur que si c'était le corps d'un autre qui était supplicié, Eustrate remercia Lysias de lui procurer une telle joie et lui dit : « Maintenant je sais que je suis le temple de Dieu et que le Saint-Esprit habite en moi ! » Et malgré le sel et le vinaigre répandus sur ses plaies, il se trouva miraculeusement guéri le soir même. Devant la constance du martyr et l'assistance manifeste qui lui était accordée par la grâce divine, un de ses concitoyens et subordonnés, l'officier Eugéne, s'élança à son tour vers le juge, et demanda à combattre avec Eustrate et les autres confesseurs.
Au petit matin, on fit sortir les prisonniers de leur cachot pour les emmener à pied vers Nicopolis et, avec une cruelle ironie, Lysias tint à honorer le rang d'Eustrate en le chaussant de sandales couvertes de gros clous pointus. Après deux jours de marche épuisante, comme le cortège passait dans la ville natale de saint Eustrate, Arauraka, un certain Mardaire le reconnut en se penchant à la fenêtre. Admiratif devant son renoncement à toute gloire et à tout plaisir de ce monde, et encouragé au combat par sa propre épouse, il se décida à se livrer lui aussi aux soldats. li rejoignit donc avec empressement les glorieux disciples du Christ, après avoir dit adieu à ses deux enfants et avoir confié le soin de sa famille à un généreux ami.
Le prêtre Auxence comparut le premier devant Lysias. À la suite d'une audience expéditive, on l'emmena dans une forêt profonde et retirée, où il eut la tête tranchée, et son corps fut abandonné en pâture aux bêtes sauvages. Mais, grâce à Dieu, de pieux chrétiens vinrent un peu plus tard récupérer ses précieux restes et découvrirent sa tête dissimulée dans un fourré, grâce à l'intervention d'une corneille.
Après Auxence, le juge convoqua Mardaire. À toutes ses questions, il ne put obtenir que cette réponse laconique: «Je suis chrétien! » Il lui fit alors percer les chevilles et le fit pendre la tête en bas, en donnant l'ordre à ses hommes de le frapper jusqu'à ce que mort s'en suive au moyen de broches incandescentes. Un peu avant de rendre l'âme, Mardaire prononça cette prière que l'Église Orthodoxe répète quotidiennement:
«Maître Dieu, Père Tout-Puissant, Seigneur Jésus-Christ, Fils unique et Saint-Esprit, Une seule Divinité, Une seule Puissance, aie pitié de moi pécheur; et par les jugements que tu connais, sauve-moi, ton indigne serviteur, car tu es béni pour les siècles des siècles Amen»[1].
Amené à son tour devant le tyran, plein de haine furieuse devant son assurance et son ton résolu, Eugène eut la langue et les mains coupées, puis, le reste de ses membres ayant été brisé à coups de bâton, il remit son âme à Dieu au milieu des tourments. Ces exécutions achevées, Lysias se rendit auprès de ses troupes pour assister à leurs exercices d'entraînement. Oreste, une jeune recrue, solide et de belle allure, qu'il avait remarqué pour sa prestance, laissa apparaître, en lançant le javelot, la petite croix en or, qu'il portait à son cou. Interrogé par le duc, le jeune homme confessa sans hésiter qu'il était lui aussi disciple du Christ. Il fut arrêté sur-le-champ et envoyé avec Eustrate auprès du gouverneur de Sébaste, Agricolaos, car Lysias craignait la réaction possible des trop nombreux chrétiens de Nicopolis.
Parvenus il Sébaste après cinq jours de marche, Eustrate fut présenté devant le gouverneur qui désirait entamer avec lui la discussion. Grâce il sa vaste érudition, le noble serviteur de Dieu n'eut pas de mal à lui démontrer l'ineptie des cultes païens et la vanité de la philosophie hellénique. Puis, dans un langage concis et plein d'autorité, il lui retraça comment Dieu s'est penché avec bienveillance sur les hommes depuis l'origine des temps, afin de les combler de sa grâce en la Personne de Jésus-Christ. Réfractaire il tous ces arguments, Agricolaos lui rappela qu'il devait soumission absolue aux Christ. Réfractaire à tous ces arguments, Agricolaos lui rappela qu'il devait soumission absolue aux ordres de l'empereur et que, refusant d'adorer les dieux de l'État, il méritait la mort. Il ne fit pourtant pas mettre immédiatement la sentence à exécution; mais, pour rendre sa fin plus pénible, il fit amener Oreste et ordonna de l'étendre sur un lit de fer incandescent. D'abord hésitant devant l'horreur du supplice, mais bientôt encouragé au combat par Eustrate, le jeune homme s'élança avec fougue, en s'écriant:« Seigneur, je remets mon âme entre tes mains!»
De retour dans son cachot pour sa dernière nuit en ce monde, Eustrate reçut la visite clandestine de l'évêque de Sébaste, saint Blaise [11 fév.], qui lui promit d'exécuter ses dernières volontés et de rassembler les reliques des cinq compagnons à Arauraka. Après une nuit passée en prière et en de célestes entretiens, l'évêque célébra la Divine Liturgie. Au moment de la communion, une lumière aveuglante envahit soudain le cachot, et une voix venue du ciel s'adressa a Eustrate : « Tu as bien combattu, viens maintenant recevoir la couronne! » Prosterné a terre, le saint adressa a son tour à Dieu une ardente prière pour recevoir le courage nécessaire dans la dernière épreuve. Puis il se releva, marcha résolument vers la fournaise déjà brûlante, la bénit de la main et y pénétra, en élevant vers le Seigneur un cantique d'action de grâces, comme les trois Jeunes Gens a Babylone (cf. Dn3).
Pendant de nombreux siècles, et jusqu'a nos jours, les Cinq glorieux Martyrs n'ont pas cessé d'accomplir des miracles pour la consolation des chrétiens, par l'intermédiaire de leurs reliques, de leurs icônes, ou même par leur présence physique. On rapporte, par exemple, que dans l'île de Chio, lors d'un hiver très rigoureux, personne d'autre qu'un prêtre pieux n'avait pu se rendre, pour leur fête, dans la petite église isolée dédiée aux Cinq Martyrs. Décidé néanmoins à célébrer seul l’office, ce prêtre vit brusquement apparaître cinq personnages identiques en tout à l'icône des saints. Ils prirent place dans les chœurs, et chantèrent d’une voix claire toutes les hymnes de la fête. Parvenus au moment de la lecture des Actes de leur martyre, le jeune Oreste installa le livre sur un lutrin au centre de l'église et se mit à lire. Mais quand il arriva à la description de ses propres hésitations devant le lit de fer ardent, il modifia légèrement le texte et dit: « ... et il sourit» (emidiase), au lieu de « ... et il eut peur» (ediliase). Eustrate l'interrompit alors sur un ton sévère: « Lis exactement comme cela est arrivé! » Rouge de confusion, Oreste reprit et lut: « ... et il eut peur ». Une fois la vigile achevée, les saints refermèrent les livres, éteignirent les cierges et disparurent aussi mystérieusement qu'ils étaient venus.

Référence :
 Synaxaire du hiéromoine Macaire de Simonos Petras



[1] Prière dite â l'Office de Minuit, â la Troisième Heure et aux Grandes Complies.

Saturday, December 9, 2017

How can we paint His form?!.
Elder Cleopa of Romania


Q.: God did not become visible to men and therefore no one knows how He appears, nor can they paint His form in an icon or fashion a true likeness of His Countenance. He Himself has said, "Thou canst not see My face, for there shall no man see Me and live." The Evangelist John says the same: "No man hath seen God at any time." Likewise, the Apostle Paul says: " ... who only hath immortality, dwell­ing in the light which no man can approach unto, whom no man hath seen nor can see, to whom be honor and power everlasting. Amen."

Saturday, December 2, 2017

La fête et la pseudo-fête!.

Mère Mariam Zacca.


   Comment faudra t-il expliquer à nos petits enfants, la fausseté  des apparences et des décorations qui accompagnent la fête de la Nativité de notre Sauveur Jésus Christ,  en particulier  le sapin et les cadeaux offerts par le Père Noël, sachant que ces ornements  envahissent les routes, les magasins, les maisons, et les écoles… de telle façon que les enfants ne les rencontrent pas seulement dans leurs maisons. (Manal).

Ma fille…
    Je remercie Dieu pour toi, pour avoir posé cette question courageuse avec cette simplicité…
    La majorité des gens dans nos pays, se hâtent pour participer à toutes les festivités externes et traditionnelles des fêtes et des célébrations religieuses ou mondaines. Ils pratiquent ce qui est connu dans leurs pays, et ils apprennent ce qui n’appartient pas à leurs coutumes, à travers les panneaux publicitaires, la télévision…etc.
    Toutes ces apparences superficielles : les habits de fêtes pour les grands et les petits,  l’acte d’offrir les cadeaux dans les paniers qui descendent du ciel, et les emballages en forme de choux, qui accompagnent les nouveau-nées…etc., tout  nous emprisonne toujours dans la banalité de la vie…

Saturday, November 25, 2017

The Goal of Earthly Life: Prayer.
Archimandrite Touma Bitar

     
Church of the Nativity of the Mother of God,
Douma- Lebanon.
  He came to me with the question, "I do not pray very much lately. I think I'm falling into negligence. What should I do to bring my prayer back?"
      If you truly want to bring your prayer back, then you are able to do this in an instant. Through prayer you acquire prayer. Prayer is an act of will. Pray regularly. A little or a lot? It doesn't matter. With feeling or without feeling? That doesn't matter either. You begin with the body, with words and motions. What's important is that you do it attentively. Don't be hasty and don't be slow. Don't raise your voice and don't hush it. Be moderate. Put your mind on what you are saying, on each word. Understand what you are saying.

Saturday, November 18, 2017

L'ENTRÉE AU TEMPLE de LA MÈRE DE DIEU
SAINT TIKHON DE ZADONSK.

D'après les écrits des Saints Pères et des auteurs dignes de foi.

Lorsque la toute-pure et toute-bénie Vierge Marie et Mère de Dieu atteignit l'âge de trois ans, ses parents, les justes Joachim et Anne, se souvinrent que du temps de leur stérilité, ils avaient promis à Dieu de Lui consacrer l'enfant qui allait naître. Ils décidèrent donc de réaliser leur promesse et invitèrent tous leurs parents dans leur demeure de Nazareth. Et c'est ainsi que se rassemblèrent les membres de la race royale de Joachim et ceux de la lignée sacerdotale d'Anne, accompagnés d'un chœur de jeunes filles réuni pour l'occasion. On prépara des cierges en grand nombre et la toute-pure Vierge Marie fut revêtue d'ornements royaux.
Il convenait de surcroît, comme le fait remarquer Saint Théophylacte de Bulgarie, que la divine enfant fit au temple une entrée digne de sa condition.
Tout ayant été organisé pour une entrée au temple toute de gloire et d'honneur, le cortège se mit en marche pour les trois jours de voyage qui devaient le conduire de Nazareth à Jérusalem.

Saturday, November 11, 2017

Évènements dans la vie de Saint Jean le Miséricordieux.


 c’est peut-être Jésus Christ, mon Sauveur, qui vient à dessein de me tenter.

Après l’invasion des Perses pour Jérusalem, une grande multitude de gens se réfugiaient à Alexandrie. Un de ces réfugiés, voyant quelle était l’extrême compassion du saint patriarche Jean, pour les pauvres, résolut de le tenter et un jour qu’il allait à l’hôpital visiter les malades ainsi qu’il faisait toujours deux ou trois fois la semaine, il l’aborda avec un méchant habit et lui dit qu’il le priait d’avoir pitié de lui qui était un pauvre réfugié. Sur quoi, le saint commanda à son aumônier de lui donner six pièces d’argent. Les ayant reçues, il alla changer d’habit et vint par un autre côté à la rencontre du bienheureux patriarche et se jetant à ses pieds lui dit : Je suis dans le plus grand besoin, ayez pitié de moi, je vous en supplie. Alors, il commanda à son aumônier de lui donner six pièces d’or. Quand il fut un peu éloigné, cet aumônier dit à l’oreille du saint : Je suis sûr, Monseigneur, que celui-ci a reçu deux fois l’aumône. Mais il fit semblant de ne pas l’entendre et cet homme étant revenu pour la troisième fois demander encore, l’aumônier tira doucement le saint patriarche pour lui faire remarquer que c’était le même et alors, cet ami de Dieu qui était véritablement miséricordieux et charitable lui dit : Donnez-lui douze pièces d’or, car c’est peut-être Jésus Christ, mon Sauveur, qui vient à dessein de me tenter.

Saturday, November 4, 2017

“To raise good children, you need to love each other.”



     On a pilgrimage to the Monastery of St. Arsenios the Cappadocian, my wife and I made, when we lived in Greece for a year, we sat down to speak with Fr. Theoklytos, a very gentle, humble and surprisingly humorous elder of the monastery. Although we did not yet have children at the time, my wife asked the elder how we could be good parents if, God willing, we were to have children one day.
     The Elder paused, then looked up at us with his gentle and disarming gaze and said, “To raise good children, you need to love each other.” We will never forget the simplicity and conviction with which he answered a question we thought would require a complicated answer.

Saturday, October 28, 2017

La prière, baromètre de notre vie spirituelle.
Père Boris Kholtchev, confesseur de l’époque Soviétique.


   
Le père Boris disait que si la vie spirituelle est la vie avec Dieu et selon Dieu, la prière en est le baromètre :
    Chacun de nous peut, d'après l'état de sa prière, savoir à quel degré de vie spirituelle il se trouve, quelle est la profondeur et la hauteur de sa vie spirituelle.
    Maintenant, lorsque nous rencontrons quelqu'un nous demandons: «Comment va ta santé?» Les premiers chrétiens demandaient: « Comment va ta prière? »
    Ils savaient que là était l'essentiel. Si la prière se refroidit, alors la vie est troublée, la proximité avec Dieu est perdue.
    Le père Boris rappelait, en suivant la tradition orthodoxe, qu'il existe trois degrés de prière: la prière des lèvres, la prière de l'intellect et la prière du cœur.

Saturday, October 21, 2017

Love does not exist without patience.
Saint Cyprian of Carthage.

   Love is the bond of fellowship, the foundation of peace, the link and strength of unity. It is greater than both faith and hope. It comes before both good works and martyrdoms, and since it is eternal it will always remain with us in God's presence in the realms of heaven.
    But if you remove patience, love no longer endures. Remove the substance of endurance and tolerance and it has no roots or strength to persevere. For this reason the Apostle spoke about love in the same breath as tolerance and patience.

Saturday, October 14, 2017

Lumière de l'icône, lumière qui n'a pas de soir.


Frèsque du  Christ Pantocrator
au Monastère Saint Jean Baptiste, Douma, Liban.


 La lumière de l’icône n'est pas de ce siècle. Elle ne vient pas de l'extérieur éclairer en passant. C'est de l'icône elle-même, des visages des Saints et de la création transfigurée, que se répand une lumière sereine, reposante et joyeuse, comme une grâce et un don du Saint-Esprit: les icônes qui représentent des événements qui eurent lieu le jour ne sont pas plus lumineuses que les autres qui nous montrent des événements qui eurent lieu la nuit. La Sainte Cène, la prière à Gethsémani ne sont pas plus sombres que la rencontre du Seigneur et de la Samaritaine au puits de Jacob, que la Résurrection et que la Pentecôte.

Saturday, October 7, 2017

Praying the Jesus Prayer showed me Christ.


In the midst of a painful health crisis, a simple prayer revealed God’s presence not only in the midst of the writer’s own suffering, but also in the suffering of others.

I am no stranger to physical pain. For years, I have suffered from migraines, endometriosis and hip issues; my epidural failed during labor; and in college, I was hospitalized for two and a half weeks for a complicated case of appendicitis. But the suffering I experienced during my most recent health scare -- portal vein thrombosis, a series of three clots blocking my liver’s main blood vessel -- was different.
    Excruciating and intense, the pain and all that came with it left me disoriented and then reoriented. It moved me to lament and to trust. It brought me suffering, but also mercy.

Saturday, September 30, 2017

“Chante et ne cesse jamais de chanter”...
Saint Jean Coucouzèle et l'icône Notre Dame Coucouzelissa.


    Notre Père Jean Coucouzèle naquit à Dyrachion (ou Justiniana Prima) en Illyrie sous la dynastie des Comnènes (12e s, ou, selon certains, seulement à la fin du 15e s). Orphelin de père, il fut confié par sa mère aux meilleurs maîtres et reçut une éducation soignée. II fut bientôt remarqué pour sa voix angélique et devint le meilleur des chantres de la cour et le favori de l'empereur. Ce dernier désirait marier Jean avantageusement, mais, secrètement, le jeune homme n'aspirait qu'à quitter le monde et à embrasser la vie des moines. Une visite de l'higoumène de la Grande-Lavra fut l'occasion que Dieu lui offrit. Il se présenta à l'higoumène sans dévoiler son identité et, après une épreuve de quelques jours, celui-ci le revêtit de l'habit angélique et l'emmena avec lui sur la Sainte Montagne.

Saturday, September 23, 2017

When I read the book of Elder Silouan...
Elder Iliy on St. Silouan the Athonite .


Schema-Archimandrite Iliy (Nozdrin), spiritual father of His Holiness, Patriarch Kirill, ascetically struggled on Mt. Athos for more than ten years in one of the sketes of St. Panteleimon Monastery—the Old Russikon. Namely there, at the mill just a few decades earlier Venerable Silouan the Athonite carried out his obedience. In 1967 the book of his life and teachings became a spiritual guide for the now-revered elder, then novice Alexei of the Pskov Caves Monastery.     

   When I read the book of Elder Silouan it opened up a bright expanse for me where I found what I needed—answers to my various questions. Generally speaking, the book gave a clear and concise presentation of the content of our faith.
    Elder Silouan is a modern ascetic. In him there was no hypocrisy, no delusion. He wrote and spoke by the grace of God. That which the Lord revealed to him by the Holy Spirit he heard and repeated. He was a man without higher education, although he did have some schooling of course. His book became acclaimed. He didn’t write it himself, but rather wrote it from his words. It was translated into I don’t know how many languages, but more than ten for sure. Believers who turn to this book seeking truth— the Truth, find it. I can’t speak about this book with high enough praise and gratefulness to Elder Silouan.

Saturday, September 16, 2017

La Croix de "Godenovo".

   L’image de la croix pure et vivifiante du Seigneur de Godenovo est un objet sacré unique, qui a près de 600 ans. Elle est conservée dans une petite église de campagne perdue au fond de la Russie, mais des milliers de gens viennent chaque jour la vénérer. En 1423, dans le marais Sakhotskoïe (actuellement dans la région d’Ivanovo), furent découverts la Croix du Seigneur et une icône de saint Nicolas.

Saturday, September 9, 2017

"Your birth Theotokos proclaimed joy throughout the ecumene...."
Homily on the Nativity of the Theotokos (Saint Luke of Simferopol).


     The vast majority of people, millions and billions of people, are common people, whom Holy Scripture calls "people of the earth" (2 Chron. 15:5). Why are they called this? Because they resemble gray grass or undergrowth. They don't have higher goals and aspirations in their lives, their minds are very superficial and only deal with living concerns, earthly goods and daily problems. But just as hills and mountains, which are covered with grass and shrubs, occasionally grow large cedars and huge oaks, so also among the people of the earth the Lord God reveals some very great people,

Saturday, September 2, 2017

PEUT-ËTRE CETTE NUIT, JE FRAPPERAI! CHEZ TOI.

Cette prière fut trouvée dans la poche d'un soldat inconnu tombé pendant La Seconde Guerre Mondiale. Cri de foi bouleversant  jailli dans l'âme d'un combattant converti pour avoir senti la présence aimante de Dieu dans la beauté du monde, cri d'espérance au seuil de la mort qui semble inéluctable.


    M'entends-tu, mon Dieu?
    Jamais de ma vie je ne t'ai parlé, mais aujourd'hui je veux te saluer.
    Tu sais que depuis ma plus tendre enfance on m'a dit que tu n'existais pas, et moi, j'étais si bête que je l'ai cru.
    Jamais je n'avais eu conscience de la beauté de ta création.
    Aujourd'hui, soudain, en voyant les profondeurs de l'immensité,
    Ce ciel étoilé au-dessus de moi, mes yeux se sont ouverts.
    Émerveillé, j'ai compris sa lumière

Saturday, August 26, 2017

A Letter of Father Archimandrite Moses of Optina
to his Cousin the Nun Maximilla.



Most honorable among nuns, dearest sister Maximilla Ivanovna,


    Be strong in the Lord!
    I was glad to receive your welcome letter in good order. I thank you most kindly for everything. Do keep writing to me, and do not make this difficult for yourself. Write to me simply, whatever you feel, and just write as you speak. You do not need to go into detail about your devotion and love for me, because I have known that for a long time.
Write to me mostly about yourself and the kind of spiritual infirmities and trials you have, so that for my part I will be able to show you sympathy for the sake of your spiritual welfare, instead of mere useless affection.
    Of course you and I, who are feeble, have no need to con­verse about great feats of asceticism and exalted virtues­ just about weaknesses and the trials of life. I was pleased with this last letter of yours-that is what they should always be like. You write to me straightforwardly and trustingly concerning your infirmity.

Saturday, August 19, 2017

On Suffering.
Metropolitan Anthony of Sourozh.

"Suffering has burnt everything out of me.  

Love only has survived..."

 Priest Confessor.


Archbishop Anthony Bloom
London-1964
Archbishop Anthony*: I think there are two tendencies in the modern world which are equally wrong. The one is to pretend that things do not exist which do exist because they are too painful to face; and the other one is when they come your way because you cannot avoid it, simply do away with them artificially: pain-killers, tranquillisers, anything, provided you do not face up to what is real.

    M.: In order to ease someone's agony you may administer a drug which may be ending the patient's life. How would you decide that dilemma?

    A.A.: I think you cannot impose on a man more than he can bear, and if you can, you must bring him to the most bearable limit. But, on the one hand, I think you must do all you can to avoid his losing consciousness unnecessarily, which I think is done very often because people think that if a patient is unconscious he suffers less and his death will come in an easier way which I think is wrong.

Saturday, July 22, 2017

Métropolite Georges Khodr, à l’occasion de son 94 ème anniversaire.

   
     Cette vidéo a été publiée sur la page Facebook officielle de son éminence, métropolite Georges Khodr, à l’occasion de son 94 ème anniversaire. Une entrevue qui a eu lieu au cours de l’assemblée Syndesmos, 1965. Son Éminence était à l’époque prêtre, responsable de la paroisse du Mina, Tripoli, Liban.

Seigneur, accorde longue vie à notre métropolite. Amen.


Source: https://www.facebook.com/MetorpolitanGeorgesKhodr/

Saturday, July 15, 2017

The Grotto of Saint Marina in Lebanon.






 Life of Saint Marina the nun.

 
    Marina, born  Mariam, was the daughter of wealthy Christian parents. Marina's mother died when she was very young and she was raised as a devout  Christian by her father Eugenius. As her age of marriage drew near, her father wished to retire to the Monastery of Qannoubine in the Kadisha Valley of Lebanon after he had found her a husband. When Marina learned of her father's plan, she asked his permission to go and live with him in the monastery, as a monk, under the name of Marinos.
After ten years of prayer, fasting, and worship together her father died, leaving her alone. Marina further increased her asceticism and continued to conceal her identity as woman. One day, the abbot of the monastery sent her with three other monks to attend to some business for the monastery. As the journey was long, they were obliged to spend the night at an inn. Also lodging there was a soldier of the eastern Roman front. Upon seeing the beauty of the inn keeper's daughter the soldier seduced her and defiled her virginity, instructing her to say, It was the monk, Father Marinos, who has done this to her should she conceive a child.

Saturday, July 8, 2017

“Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur;
je le répète, réjouissez-vous”(Ph4 :4)


Le trait d'humour.

   Un trait caractéristique de Saint Paissios, qui n'a pas été suffisamment souligné, c'est qu'il était
toujours gentil et de bonne humeur. La bonne humeur est une vertu et le rire spontané est irrépréhensible.
Saint Paissios(à droite) avec Père Elias 
au Mont Athos.
   Lors de la visite du Père Elias, higoumène du monastère Saint Georges, Deir-El-Harf, au Liban, Père Elias demandait à Père Paissios :“ Père Paissios, j’ai un problème, et je désire savoir votre avis: Je plaisante beaucoup, qu’est ce que je dois faire?”. Père Paissios répondit immédiatement: “Tu plaisante plus que moi?”.
   Souvent, Saint Paisssios racontait des histoires amusantes qui provoquaient spontanément le rire, pour consoler des âmes affligées, mais c'était aussi un trait de son caractère. Souvent, derrière une simple plaisanterie se cachait un profond sens spirituel. Il faisait des jeux de mots, de fausses étymologies et des rapprochements de mots déconcertants. Mais il avait assez de finesse pour ne blesser personne et pour ne pas juger les gens. De ce qui a été relevé à ce sujet, nous présentons quelques exemples:

 *Quelqu'un qui montrait de l'intérêt pour les musées vint rendre visite à  l'Ancien pour voir les trésors de son kellion. Amusé par la frivolité de ses recherches, il lui montra un mur en ruines et lui dit en plaisantant:“ces ruines datent de l'époque de Nabuchodonosor.»

Saturday, July 1, 2017

“The feast is the Lord ever coming to us!”

Archimandrite Touma Bitar
          
         What is the meaning of a feast?
         
         Surely, we’ve got accustomed to the Liturgy, and year after year, one becomes delighted in the sound of the melodies, and exhilarated by the meanings of the words, but none of this makes the feast, this only gives a feeling of it! The feast could be, merely, some sort of emotional tickling, and in a day or two, the effect of this ticklingwill fade and the feast is forgotten until the following year.

Saturday, June 24, 2017

"For the olive tree is like John. He foretold a symbol of his Lord."

Saint Ephrem The Syrian.
   

    In this hymn Ephrem argues that the priesthood and the kingship of the Chosen People have passed through Christ to include the Gentiles along with the Jews. Through Moses and Solomon these offices were bestowed on the Jewish people (str. 1). Zechariah's prophetic vision of two olive trees shows the continuation of these two lines in two covenants, one for Jews, the other for Gentiles (str. 2), but it also presents the typological key for understanding that Jesus is the Messiah, the Anointed One. The olive branch brought back by the dove after the Flood symbolizes not only peace but also Jesus, the Anointed, the First-born of the dead (str. 3-4). The entry into Jerusalem from the Mount of Olives, the anointing of Christ by the sinful woman, the preparation of the way of Christ by John the Baptist all are interwoven with the oil of the olive tree, thus implying that Jesus is heir to the priesthood and kingship (str. 5-9). The properties and uses of olive oil itself also point to Christ and his followers: steadfastness (str. 10), the anointing of athletes (str. 11-13), oil as a means of easing conflicting forces (str. 14).

The same melody
 1 - Oil in the likeness of the Heavenly One became the giver of kingship.
From the horn [of oil] a pure cloud descended upon the head of a body,  
as God descended upon the top of the mountain  and gave brightness to Moses,
and Solomon received brightness symbolically.

From the horn of messiahship. From the People to the peoples it went out.
Instead of the few, many will be anointed and cleansed.
Refrain: Blessed is He Who gave eyes to the peoples to see the symbols of the Son, the Anointed.

Saturday, June 17, 2017

Événements de la vie de Saint Jean le Précurseur
préfigurant la vie monastique.

Saint Théophane le Reclus.
   
     
Saint Théophane
 le Reclus.
       Comme il est bon de se trouver dans un Désert pour la fête de saint Jean, Prophète, Précurseur et Baptiste du Seigneur! Le saint Précurseur fut en effet le premier habitant du désert après la naissance du Christ. Tous les ermites après lui marchèrent sur ces traces, s'inspirant de son exemple et imitant son mode de vie, Tous ceux qui abandonnent le monde doivent donc scruter les évènements caractéristiques de la vie de Jean, le Précurseur du Seigneur, afin de s'en inspirer dans leur propre vie. Venez sœurs, apprenons du Précurseur ce qu’est la vie de renoncement au monde ! vous saviez pourquoi vous y êtes prédisposées plus que d'autres !

Saturday, June 10, 2017

Mother Mariam…How can I become a "saint"?.

    This is how that little girl stood in front of me last Sunday after lunch, posing the question, the most important of all questions… I looked at her with the same childhood tenderness that was drawn on her beautiful face and asked her… “How old are you?” She replied “six years and a half”. I said: “I have many questions to answer, but yours is the most important. I will answer you next Sunday… ask your mother to read the answer for you…

Saturday, June 3, 2017

“ L’Esprit souffle où Il veut”

   Le mystère de l’Église remonte plus loin que l’histoire. Maints textes en parlent : “ nous, que Dieu avait élus en lui avant la création du monde, pour être saints… mystère caché de toute éternité en Dieu” (Eph.1.4, 3.9). Sa préexistence dans la sagesse de Dieu souligne la nature méta-historique de l’Église. Si toutes les formes de la vie sociale sont contingentes, peuvent exister ou ne pas exister en fonction de l’évolution historique, par contre, l’Église ne provient pas de l’histoire, mais fait irruption dans le monde, car justement, sa genèse est ailleurs. Tout comme “l’Agneau immolé dès la fondation du monde”, hors du temps, entre dans l’histoire et s’immole “sous Ponce Pilate” et “ à Jérusalem”, se situant très exactement dans le temps et dans l’espace; de même, l’Église “cachée de toute éternité” en Dieu, pré-commencée au paradis, préfigurée en Israël, descend du ciel dans les langues de feu, entre dans l’histoire à Jérusalem et le jour de la pentecôte. Elle descend du ciel et elle remonte des profondeurs ontologiques préétablies du monde. C’est la manifestation graduelle du caché, se dirigeant vers “la plénitude de Celui qui remplit tout en tous” (Eph.1.23). Toutes les créatures sur la terre, sous la terre et au ciel plient les genoux et convergent dans le plérôme du totus Christus .

Saturday, May 27, 2017

Pour les Pères, la Bible est le Christ.

La lecture dans le Christ : l’A priori Orthodoxe
    La meilleure façon de définir la spiritualité orthodoxe, c’est de dire qu’elle est essentiellement biblique, mais il faut saisir le sens orthodoxe, ecclésial du terme. Les Pères de l’Église vivaient de la Bible, pensaient et parlaient par la Bible avec cette admirable pénétration qui va jusqu'à l’identification de leur être avec la substance biblique elle-même.
    L’exégèse pure en tant que science autonome n’a jamais existé au temps des Pères. Si on se met à leur école, on comprend immédiatement qu’il ne s’agit jamais d’une école exégétique soit historique, soit allégorique, méthode d’Antioche ou d’Alexandrie. L’exégèse patristique présente toute la gamme où chaque tendance trouve sa place légitime. Il s’agit du fait fondamental de toute lecture biblique : la Parole lue et écoutée conduit toujours à la Personne vivante du Verbe. Le Christ n’est jamais limité par le sens didactique, catéchétique, ni par aucun autre sens de ses propres paroles. Tous nos sens utilitaires et pragmatiques, tout ce qui est curiosité et question, se subordonnent au fait de la révélation de la Présence la plus réelle et de son illumination. Saint Jean Chrysostome prie ainsi devant le livre saint : “Seigneur Jésus-Christ, ouvre les yeux de mon cœur afin de comprendre et d’accomplir ta volonté… illumine mes yeux par ta lumière… Toi seul, l’unique Lumière”. Et saint Marc : “L’Évangile est fermé pour les efforts humains, l’ouvrir, c’est le don du Christ”. Saint Éphrem conseille : “Avant toute lecture, prie et supplie Dieu pour qu’Il se révèle à toi”.

Saturday, May 20, 2017

Je distribue le courrier.

Chronique du temps des persécutions Soviétiques.
   
   Natacha ayant passé plus de deux semaines auprès du père Arsène, elle en rapporta un paquet de lettres qu'il fallait transmettre d'urgence. Aussi m'en confia-t-elle la moitié à distribuer.
   L'époque était troublée. C'était l'année 1936, où l'on avait arrêté quantité de membres de notre communauté. Les autres se sentaient espionnés; distribuer du courrier n'était donc pas sans risques.
   Natacha me raconta que, lors de son séjour chez le père Arsène, sa maison était clairement surveillée. La propriétaire ainsi que plusieurs voisins avaient été convoqués à la section du district et interrogés sur le père: qui accueillait-il, de qui recevait-il des lettres, célébrait-il à son domicile?. Puis elle ajouta: "Dans le train qui me ramenait à Moscou, j'avais constamment la sensation d'être surveillée.

Saturday, May 13, 2017

Letter of Father Sophrony
to his sister Maria (In the Soviet Union).

   On the Resurrection. On St Symeon the New Theologian and Staret Silouan. Christ inevitably suffers in this world.
The Old Rectory Easter 1961
CHRIST IS RISEN!.

   Maria, my dear, to you and to everyone of you I send my Paschal greeting and my very best wishes.
   May the Lord preserve you, all of you. May the joy of the Resurrection never leave you!. Were it not for the resurrection of the dead, everything that happens on earth in the world of man would lose its meaning. If man dies in the sense of 're­turning to nothingness', as he was before his coming into the world, then to what purpose, for what, does anything at all, take place?.

Saturday, May 6, 2017

De la maladie et l’Économie de Dieu.

    Je vous dis, amis chers, que je suis moine. Il est normal que je pense, parle et pose les questions autrement que vous. Je conçois très bien que, dans le monde, la question la plus courante quand on rencontre quelqu'un ou quand on lui écrit soit: «Comment allez-vous?. Votre santé est-elle bonne?», et si la réponse est «Oui, je me porte bien», nous disions poliment: «Je suis heureux de l'entendre!» il est évident, et personne ne le conteste, que la santé est un don béni de Dieu, mais uniquement pour le juste ou le pécheur qui se repent - mais pour le négligent ou l'impénitent, c'est un don dangereux et son absence pourrait rendre cent fois plus heureux le malheureux pécheur. Celui qui perçoit l'esprit de la Sainte Écriture, qui connaît les paroles de l'Apôtre: «Si vous restez sans châtiment, vous êtes des adultères et non des enfants», celui-là sera d'accord avec moi et défendra mon point de vue. Les justes, conformément à l'enseignement de l'Apôtre, n'ont aucun souci de la santé; ils ne la demandent pas au Seigneur, ils supportent comme une grâce toute douleur et toute punition venant de Dieu. Quant aux pécheurs qui se repentent, ils supplient parfois Dieu de leur envoyer la maladie et les épreuves dans le temps présent, et qu'il leur pardonne dans l'éternité. Je peux vous citer beaucoup d'exemples qui illustrent mon propos.

Saturday, April 29, 2017

The Holy Myrrhbearing Women
An image of seeking the Lord.

   This letter has been written by Saint Theophan the Recluse to the sisters of the Tambov Convent on April 22, 1862, but it applies to every Christian seeking the Lord.

   In the Myrrhbearing Women I see your image, Sisters, the image of a similar attitude of the heart!. For what constitutes the particular characteristic of the myrrh bearing women?. Their constant patient following of the Lord, as if seeking Him. They minister to Him from their substance and accompany Him to Jerusalem; they follow Him as He bears the cross. They surround Him when He is crucified on Golgotha; they watch where He is laid after He is taken from the cross. After the Sabbath, early in the morning they hasten to the grave; and while still in total darkness they are overjoyed by the manifestation of the Resur­rection, and they run to inform the Apostles about Him. With such zeal they cling to the Lord, so insatiably did they want to see Him and be near Him. And so you too, abandoning everything, went to follow the Lord. Blessed is your path. Go and seek always His face.

Saturday, April 22, 2017

Thomas l’incrédule.

Père Alexandre Schmemann.

   "Si je ne vois pas - je ne croirai point..." dit Thomas, l'un des douze disciples du Christ, en réponse aux récits pleins de joie de ceux qui avaient reconnu leur Maître ressuscité, après L'avoir vu, crucifié et mort. Huit jours plus tard, selon le texte de l'Évangile, tandis que les apôtres étaient à nouveau réunis, le Christ apparut et dit à Thomas: "Avance ton doigt, mets-le dans mon côté, et crois...", Thomas s'écria: "Mon Seigneur et mon Dieu". Alors le Christ lui dit: "Parce que tu m'as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru".

Saturday, April 15, 2017

You are free to sing: “Christ is Risen!”.

   Father George Calciu (1925-2006) was a sufferer for Christ. A Romanian by birth, an Orthodox Christian by upbringing, and a priest by vocation, “Calciu” spent a total of twenty-one brutal years in prison, tortured and subjected to brainwashing for his outspoken evangelism and criticism of communist materialism.
   George Calciu was the youngest of eleven children, raised by devout parents as a faithful Orthodox Christian. Romania became communist in 1944, and the government soon began to crack down on the Church. Calciu was a medical student at the time, and his open faith made him suspect. He was imprisoned in 1948, where he was subjected to 1984-style mind control experiments, which aimed to torture the convicts until they denied Christ, and then were forced to torture others toward the same end. “They wanted our souls,” he recalled, “not our bodies.”

Saturday, April 8, 2017

Behold, the Crucified One!.

Elder Philotheos Zervakos.

   Do you see His incorrupt feet which are nailed to the Cross?. They are nailed for us, to direct our own feet upon the way of truth, faith and virtue. Do you see His open arms?. They symbolize the warm love which He has for us; to embrace us, and present us to His Heavenly Father; and to make us His children and His sons, and gods by grace. Do you see that pierced side which pours forth blood and water?. The water represents the baptism by which we were cleansed of original sin. The blood represents the Bloodless Sacrifice which is celebrated on the Holy Altars: by partaking of it, we are sanctified and unified with Him, becoming one Body. Just as a loving mother nourishes her children with her milk, in the same manner, our sweetest Jesus nourishes us as His beloved children; however, not with milk, but with His very Body and Blood.

Saturday, April 1, 2017

Principles of Orthodox Ascetism.

Archimandrite Sophrony (Sakharov).

The tonsuring of Saint Silouan as a monk. Frescoe in
Saint John the Baptist Monastery in Essex.
   In every age the spirit of man finds itself concerned with the problem of asceticism. Asceticism is of pressing importance not only to those who set out to be ascetics in the nar­row and, may I say, 'specialist' sense - monks and hermits, for instance - but in general to every Christian. Asceticism, understood as spiritual labour, constitutes an inseparable part of the histories of all known religions and civilizations, even of civilizations with no religious basis. Every religion, all the old and new para-religious forms, the lives of the mystics - all have their ascetic culture, which varies in accordance with the underlying dogmatic consciousness.

The moral is short-one word.

St Nikolai Velimirovitch

   You do not ask much of me, my love. Indeed, people ask more.
   I am wrapped in a thick wrapping of nonexistence that covers the eyes of my soul. You only ask my soul to take off her misty wrapping and open her eyes to You, my might and my truth. People ask my soul to wrap herself more and more thickly with heavier and heavier wrappings.
   O help me, help me!. Help my soul to attain freedom and lightness, to attain lightness and aerial wings, to attain aerial wings and fiery wheels.
   Stories are long, too long; the moral is short - one word.
   Stories spill over into stories, the way the smooth face of my lake spills over from color to color. Where does the colorful overflowing of the water under the sun end, and where does the overflowing of stories into stories end?.
   Stories are long, too long; the moral is short- one word.
   You are that word, O Word of God. You are the moral of all stories.

Saturday, March 25, 2017

Last apparition of the Mother of God
to Saint Seraphim.

   One year and nine months before his departure from this world, St. Seraphim was favoured by a wonderful visitation of the heavenly Queen. This was Our Lady's twelfth visit to him. It took place early in the morning, on the feast of the Annunciation, March 25th, 1831. It was a kind of premonition of his blessed end and of the incorruptible glo­ry which awaited him. "Mother Eupraxia", an elderly nun of the "Diveyev Convent" who died on the 28th of March, 1865, wrote of this wonderful event as follows:
   Father told me two days in advance to come to him on that day. When I came, Father announced: "We shall have a vision of the Mother of God," and making me bend to the ground, he covered me with his mantle and read over me out of a book. Then, lifting me up, he said:
   "Now hold on to me and don't be afraid of anything."
   At that moment, there was a noise like the noise of a forest in a strong gale. When it subsided, we heard singing which sounded like church singing. Then the door of the cell opened of itself, it became light, brighter than day, and the cell was filled with a fragrance like that of rose-scented incense, only better.

L’homme pécheur.

Saint Justin Popovitch.

   Comment le fidèle orthodoxe se sent-il devant la Personne du Dieu-Homme, le Christ?... Entièrement pécheur: c'est là son sentiment, son attitude, son comportement, son intellect, sa parole, sa conscience, sa confession, et lui-même tout entier. Ce sentiment d'être tout entier personnellement pécheur en face du Très doux Seigneur Jésus est l'âme de son âme et le cœur de son cœur. Jetez un regard sur les prières de conversion, sur les odes, les tropaires, les stichères, dans le Paraclitique; et aussitôt, vous constaterez que ce sentiment constitue un devoir sacré et réellement une prière pour tout chrétien orthodoxe sans exception. C'est dans cette direction que nos maîtres immortels, les saints Pères, marchent et nous guident. Nous en citerons deux seulement: Saint Jean Damascène et Saint Syméon le Nouveau Théologien. Leur sainteté est certainement digne des Chérubins, leur prière sûrement séraphique; cependant même eux ont une pleine conscience et reconnaissance de leur état de péché, et en même temps une attitude de profonde conversion. C'est cela l'antinomie vécue de notre foi orthodoxe, évangélique et apostolique, et de notre vie vécue dans cette même foi.

Saturday, March 18, 2017

Ne désespérez pas.

Archimandrite Sophrony.

   À côté de tout ce qui arrive dans la vie privée, le monde connaît depuis le début XXe siècle une période de guerres incessantes, grandes et petites. Partout, les lendemains sont incertains. On sait que le grand froid tue toute vie aussi sûrement que le feu. Et les guerres ont pris ce double caractère: pour faire la guerre, on combat avec le feu quand c'est possible; quand c'est un peu plus grave, on se sert du froid. Mais c'est la même haine, démultipliée, qui a refroidi l'amour. Mon destin, c'est de prier pour la paix, pour la paix du monde entier. Je sais que la force de la prière peut arrêter les impudents, quoique pas jusqu'au bout. Mais si la prière de l'amour cesse, alors nulle culture, nulle science ne peuvent empêcher l'explosion.

Last Words of Father Zachariah (+1936)

  In his last months the elder lay in bed almost all the time. He spoke seldom, and if he did say anything, it was for the benefit of souls. "Do not forget that the first commandment of the Gospel summons us to repentance: "Repent and believe in the Gospel. These are the words of the Lord Himself" (Mark 1.15).
   "Acquire virtues, which oppose sins."
   "Never be depressed on any occasion or under any circum­stances. Depression is a hangman which kills the energy essen­tial for the receiving of the Holy Spirit in one's heart. A depressed person loses the ability to pray and is dead as far as spiritual feats are concerned."
   The elder's illness was so terrible that anyone else would simply have shouted with pain and complained unceasingly, but the elder Zachariah suffered in silence, offering up thanks to God for everything he sent.
   The elder's face became like a face painted on an icon. It was obvious that he was retreating entirely into deep and secret prayer.

Saturday, March 11, 2017

Elder Job and unceasing prayer.

From the life of Saint Gregory Palamas.

   There lived close to St. Gregory a well-known ascetic, the Elder Job, virtuous in his manner of life and simple in his manners, and venerated by all. In time, they developed a close spiritual friendship, for often virtue bonds with other lovers of the same virtues. It happened one time that the Elder Job was sitting with the great teacher Gregory, and with delight Job turned his ear to listen to his discourse. Saint Gregory quoted the Apostle Paul's First Epistle to the Thessalonians [5:17], asserting that unceasing prayer was necessary for all Christians, that is, men, women and children, wise and simple-not only for monks. He also brought forward the example of the Prophet David, who wrote: "I beheld the Lord ever before me" [ps. 15:8], and then he added that we should pray as often as we take breath.

Saturday, March 4, 2017

L’Iconographie.

Saint Jean de Shanghaï.
   
   Jusqu'à l'avènement du Christ, les paroles de Dieu étaient confiées à Israël. Lorsque Israël vacilla dans la foi, lorsque la Judée commença à chuter, le prophète Baruch, disciple du prophète Jérémie s'écria: "Elle est le livre des préceptes de Dieu, la loi qui subsiste éternellement: quiconque la garde vivra, quiconque l'abandonne mourra. Reviens, Jacob, saisis-la, marche vers la splendeur, à sa lumière ; ne cède pas à autrui ta gloire, à un peuple étranger tes privilèges. Heureux sommes-nous, Israël: ce qui plait à Dieu nous a été révélé!" (Ba, 4, 1-4).
   Cependant, Israël ne demeura pas fidèle au testament de Dieu et, rejetant le Fils de Dieu, se détacha de Dieu. Le Seigneur a fondé Son Église néotestamentaire, dans laquelle sont entrés de nombreux peuples qui étaient païens. C'est Byzance qui fut la gardienne particulière de l'Orthodoxie après la victoire du christianisme sur le paganisme. C'est là que les Conciles œcuméniques et les saints Pères de l'Église établirent l'exposition exacte des dogmes de la foi et l'enseignement orthodoxe.

Saturday, February 25, 2017

On Fasting.

Saint Symeon the New Theologian.

   That one should not embrace and zealously observe the benefit of the fast only in the first week of Lent, but that the zealous must continue the same zeal in all the weeks of Lent.
The first week of lent.
   Brethren and fathers, what we are about to say we ought to have addressed to your charity last Sunday. I was aware, however, that everyone of us believers, [together with] the whole Christian people, both monks and laity, with fervent zeal accepts the blessing of fasting in the holy first week of Lent, and that each one of us willingly puts its yoke upon his neck (Sir. 51:26). Even among those who greatly despair of their own salvation and live their lives without fear and reverence for God there is no one who rejects the law of fasting in that week. Rather, as far as he is able, he joins with all in observing abstinence. So I come today to speak a few short words to you about the present season.

La voie vers le Seigneur.

Archimandrite Sophrony.

   Les commandements du Christ sont formulés en quelques brèves paroles, très simples. Mais quand nous les observons, notre esprit merveilleusement s'épanouit et ressent une soif inextinguible d'embrasser "tout ce qui est au ciel et sur la terre" (Ep 1, 10) dans l'amour qui nous a été commandé. Est-il concevable que ceux qui ont été tirés du "néant" possèdent une pareille force?. Certes, il nous est impossible d'englober tout l'univers dans notre cœur en ne nous fondant que sur nous-mêmes. Mais le Créateur de tout ce qui est, est apparu Lui-même dans notre mode d'existence; il nous a vraiment montré que notre nature a été créée capable non seulement d'étreindre le cosmos créé, mais encore de recevoir la plénitude de la vie divine. Sans Lui, nous ne pouvons rien faire (voir Jn 15, 5), mais avec Lui et en Lui tout devient accessible, non sans "douleur" toutefois. La douleur nous est nécessaire. Premièrement, pour que nous prenions conscience que nous sommes des personnes (hypostases) libres. Deuxièmement, pour que le Seigneur puisse nous donner sa vie en possession inaliénable lors du Jugement (voir Lc 16, 10-12).

Saturday, February 18, 2017

On the Joy in Christ.

Mother Gavrilia.

Frescoe in the Church of the Nativity
of the Mother of God - Saint John the Baptist
Monastery - Douma
   Question: Joy is an integral element in the life of a Christian, is it not?. When you believe in Christ aren't you always joyful?.
   Mother Gavrilia: Indeed, you are. For Christ said: "My peace I give unto you: not as the world giveth" ... And again... "that My joy might remain in you" ... This joy is like the Grace of God. It dwells in us. We do not wait for the other one to give us joy, since Christ gives it first.

   Question: This is what I have noticed. Though you see every day people who are sick, poor, helpless ... yet you are joyful!...
   Mother Gavrilia: Yes. Because I love with all my heart those whom I see. I link their life with my own and, at the same time, I think: If I, a mortal and a sinful person, can love them so much, how much more must God love them - God Who created them and Whose children they are. In other words: He is the first to care for them. He knows why they are sick. He knows what effect their sickness will have on their soul. He knows the reason of all things. I can neither judge nor fathom any further. So, this is what I do. I take this sick person in my heart. I make a fervent prayer, with all my love, and I place him at the Feet of Christ. That is, I say: “My Lord, give him Your Pardon, give him Your Mercy, give him Light, give him Health of body and soul. Make Your Will manifest itself in his life".

Saturday, February 11, 2017

Prière de l’aurore.

de l'Archimandrite Sophrony.
   
   Dieu Eternel et Créateur de toutes choses,
   Toi qui dans Ton insondable bonté,
   m’as appelé du non-être à cette vie,
   qui m’as accordé la grâce du baptême
   et de la nouvelle naissance d’En-Haut,
   qui as apposé le sceau du Saint-Esprit
   sur les membres de mon corps
   dans le sacrement de la chrismation,
   et qui m’as donné le désir de Te chercher,
   Ô Toi le seul vrai Dieu, écoute ma prière.

   Je n’ai de vie, de lumière, de joie,
   de sagesse ou de force qu’en Toi seul, Ô Dieu,
   Je n’ose lever les yeux vers Toi à cause de mon iniquité.
   Mais Tu as dis à tes disciples:  
   "Tout ce que vous demanderez avec foi dans la prière, vous le recevrez",
   et encore : "Tout ce que vous me demanderez en mon Nom Je le ferai".
   C’est pourquoi j’ose T’invoquer.
   Purifie-moi de toute souillure
   de la chair et de l’esprit,
   et apprends-moi comment Te prier.