Saturday, January 15, 2022

Le monde devient un zoo géant.!..
Saint Sophrony l’Athonite.

 

Saint Sophrony avec le monastère
Saint Jean-Baptiste. Essex.
    Vous savez bien que nous sommes souvent obligés de dire beaucoup moins que nous le voudrions, surtout dans notre situation actuelle. Nous sommes tous habitués à retenir ce qui nous vient aux lèvres. C'est très bien quand les gens retiennent le mensonge, la calomnie, l'offense qui amènent ruine et désolation dans le monde entier, et détruisent, souvent de manière irréparable, les vies humaines. Mais malheureusement il n'y a pas que cela à être refoulé: les choses bonnes, constructives et vivifiantes le sont aussi.

Que la joie d'attendre la venue du Jour sans Déclin du Christ ne vous quitte pas, et que la véritable inspiration, qui n'est autre que l'Esprit Saint lui­-même, demeure constamment avec vous et vous enveloppe plus encore que l'air terrestre. Ce souhait est d'autant plus ardent maintenant que dans le monde entier naissent et se multiplient les «préhommes», des brutes trop souvent incapables d'ac­cepter la naissance donnée par l'Esprit, donnée d'en haut: ils restent des «préhommes» jusqu'à la fin de leurs jours et sont privés de la conscience d'être des fils de Dieu, incapables de dire comme il faut la prière du Seigneur, le « Notre Père ...» Le monde devient un zoo géant. Et nous devons constamment élever nos voix vers Dieu pour qu'Il envoie à ce monde, qui périt dans l'étau du désespoir et de l'absence de sens, une nouvelle révélation - ou plutôt de nouveaux miracles (pas d'ordre technique, bien sûr), afin de réveiller la conscience de ces «préhommes» et qu'ils naissent à une vie humaine authentique. Le Starets et beaucoup d'autres ascètes ont prié pour le monde pendant des décennies, et cette prière est sans fin. Mais le Christ a vaincu, et sa victoire demeure pour l'éternité.


    Nous observons tous, non sans étonnement, la rapidité avec laquelle l'humanité s'est mise à s'éloigner de l'Église, s'éloigner du Christ. Pour moi, ce phénomène s'explique par le fait que depuis déjà plus d'un demi-siècle (depuis 1914) la terre entière vit dans une atmosphère de lutte fratricide inces­sante sans que personne ne se repente de ce péché. Dans cet état, il est naturel que les gens n'osent pas regarder la grande Lumière du Christ.
Croire que nous tous sommes les enfants du Créateur Éternel du monde, ce qui est la Bonne Nouvelle du Christ, croire en notre éternité promise par la résurrection des morts, croire que l'homme est l'image du Dieu Vivant, c'est à présent au-dessus de leurs forces: c'est pourquoi ce mouvement d'éloignement général s'accélère et s'amplifie tant.

Quand j'étais en Grèce pendant la guerre et que je confes­sais, je disais aux gens: «Vous avez oublié de me parler d'un grand péché ... - Lequel ? - De ce que vous êtes un meur­trier. .. - Non, je ne suis pas un meurtrier, comment aurais-je pu vous parler de ce péché-là ? .. - Mais dites-moi, pendant la guerre, quand vous appreniez que, lors de telle ou telle opération contre le soi-disant ennemi, vous lui aviez causé de lourdes pertes, est-ce que vous étiez content? - Bien sûr, ce Sont eux qui ont commencé la guerre, c'est leur faute, c'est bien qu'on les batte. - Eh bien voilà, mon cher, on a beau regarder cela du point de vue habituel, humain - sur le plan de l'Evangile vous êtes moralement complice de meurtre et vous devez vous confesser de ce péché. »

Cela, d'après ce que je constate, les gens ne le comprennent pas comme ils le devraient, et c'est pourquoi il ne leur reste plus qu'à refuser de vivre selon l'Évangile, à s'éloigner du Christ, à oublier leur véritable origine spirituelle et à se changer en animaux condamnés à mourir. Dans ces conditions, édifier une église pour le Christ n'est vraiment pas chose facile.!!.

Mosaique de l'arche de Noé.
Monastère Saint Jean-Baptiste. Essex.

 

 

Référence:

Lettres à des amis proches. Archimandrite Sophrony. Cerf(2013).

 

Saturday, January 8, 2022

For church Truth and Tradition
Metropolitan Cyril of Kazan.

Commemorated January 26 (+ 1937 ?)


The Lord preserved for his chosen people a bishop who did not agree to yield his faith for the sake of peacewith the enemies of Christ 's Church. May his name be blessed from generation to generation. 

Sergei Nilus

Hieromartyr Kirill 

(Smirnov)

    Before his death Patriarch Tikhon left a document concerning his temporary successor, the Locum Tenens, who was to occupy the Patriarchal Throne until a new Patriarch could be freely elected for Russia. The Communist program which was being imposed upon much-suffering Holy Russia, and which was not actually atheistic but rather anti-theistic, had already made it extremely unlikely that such a free election could be held. In his choice of three successor hierarchs, the Martyr-Patriarch indicated the path for the Church to follow: these men were above all noted for their strict Orthodoxy of faith and boldness in confessing it, qualities which prepared them to become great confessors such as the Church had in the early catacomb times. The first of these pillars of firmness in unadulterated Orthodoxy was Metropolitan Cyril of Kazan, a towering figure in the Russian Church and an inspirer of the Catacomb Church.

Hieromartyr Kirill 

(Smirnov)

    Born Constantine Smirnov on April 26, 1863, he graduated from the St. Petersburg Theological Academy in 1887. After marriage he was ordained priest, but soon he became a widower and was tonsured a monk and appointed head of an Orthodox Mission in Urmia. In 1904 he was consecrated Bishop of Gdov, a vicar of the Petersburg diocese, where he became spiritually very close to the great luminary of the 20th century, St. John of Kronstadt. Theholy pastor was greatly attached to the young hierarch, and in his last will St. John asked that his funeral be served and that he be buried by none other than the young Bishop Cyril. When the Saint died in 1908, Bishop Cyril fulfilled this request with great love and care, placing the body in the coffin and being the chief celebrant in the funeral services that followed, even though there were many elder hierarchs present. St. John knew well and greatly respected the high spiritual caliber of Bishop Cyril. 

Hieromartyr Kirill 

(Smirnov)


    During the celebration of Theophany in Petersburg in 1909 Bishop Cyril revealed himself as an outstanding fighter for church truth and tradition. Under the influence of worldly "scientific" elements it was officially decreed that all water which was to be blessed for the feast in the Petersburg diocese must be boiled beforehand, and thus the great Agiasma had to be performed over steaming pots. One outspoken church organ of the time noted that: 

    "More faith was shown in the firewood necessary to boil the water and kill the germs, than in God. Fortunately, however, not everyone stepped away from the anchor of our salvation, and in the same Petersburg the lord preserved for his chosen ones a single bishop who did not agree to yield his faith for the sake of peace with the enemies of Christ's Church. If these notes ever see the light of print, let them preserve the name of this loyal servant of God and archpastor, for the strengthening of faith and piety in my overburdened brethren. Cyril of Gdov is the name of this bishop. May his name be blessed from generation to generation." Defying the warnings of the police. Bishop Cyril blessed the water of the Neva River at the St. Alexander NevskyLavraright through a hole in the ice. The local police, however, took measures to ensure that no one was allowed to take water from the "Jordan." 

Metropolitan Kirill (Smirnov), 

photo from the 1934 file

    In 1924, when Metropolitan Cyril had refused to join the Living Church. The head of the secret police,
Tuchkov, had promised him that he would "rot in prison"; and indeed, for the rest of his life he went from prison to exile to yet more remote exile. Being in exile in 1925 when Patriarch Tikhon died, he was unable to undertake the responsibilities of Locum Tenens, and this position fell to the Patriarch's third choice, Metropolitan Peter of Krutitsa. When the latter's Substitute, Metropolitan Sergius, issued his infamous "Declaration" in 1927 Metropolitan Cyril was in exile in a remote village in Turukhan in the far north, beyond the Arctic Circle, suffering from a kidney disease. From there he sent outspoken letters both to Metropolitan Sergius and to Bishop Damascene of Glukhov (who was in exile in the same region) breaking off communion with Metropolitan Sergius, declaring his acts null and void, and stating that he had overstepped his authority by instituting a whole new church policy without even consulting the Locum Tenens. Bishop Damascene's secretary at that time. E. Lope. who recently published one such letter, also states that "in 1931 all the bishops in exile recognized Metropolitan Cyril, and not Metropolitan Sergius, as the head of the Orthodox Church" (Bishops Confessors, p. 3')). 

    According to information received from the Soviet Union in 1937, Metropolitan Cyril was killed in exile at that time on direct orders from Moscow. at the beginning of the Ezhov purges, as a "chief inspirer" of the Catacomb Church. 

The assassination of St. Cyril, Metropolitan of Kazan 

November 7, 1937



Reference:

 Excerpts from the book "Russia's Catacomb Saints" by Ivan Andreyev

Saturday, January 1, 2022

A healthy new year.!!.
Athonite elders.


12 Thoughts of Athonite Elders on How to Stay

 Healthy and Defeat Your Diseases.

 

    

Saint Porphyrios.
    1-When we give ourselves to Christ, then our spiritual organism is in peace, which allows our organs begin to function naturally. They all depend on our condition. Then we recover and stop suffering… It can also be so in case of cancer: if we trust in God and our soul is calm, then the Divine Grace together with this world can work in such a way that cancer and any other illness will go away. If you do not know, I can tell you that neurosis is the reason of stomach ulcers. The thing is that sympathic nervous system is under pressure; it collapses and suffers, which leads to ulcer. The same we can say about cancer. Both diseases depend on our nervous system. When everything is confused in our soul, it affects our body and undermines our health. (St. Porphyrios of Kafsokalivia)

Saturday, December 25, 2021

“Answer To A Witness”...
Mother Mariam Zacca

 

Dear Mother Mariam!

Your prayers!

 

Saint Sophrony with Father Touma(Bitar)
and Mother Mariam (Zacca). Essex. 1990.

Greetings from Austria.  I am a Greek Catholic priest in Salzburg and I simply wished to write to thank you for your powerful testimony about Elder now Saint Sophrony Sakharov. 

Some fourteenth years ago an Athonite monk advised me to read Father Sophrony’s book WE SHALL SEE HIM AS HE IS.  Unfortunately, I waited a long time and only read it in 2019.

 This book has had a tremendous impact on my life.  Thank you for your blog and your witness to Fr. Sophrony in your life.

Your blog has been a great blessing!  Forgive me for writing so spontaneously, but I wish to thank you for sharing this.  In a strange way I feel that Fr. Sophrony has truly become part of my life and life of my wife and our little family. 

May the Lord uphold your monastery and grant His blessing to beautiful Lebanon and all the nations of the world.  I humbly ask for your prayers.

 

With greetings in the Lord from the city of Salzburg, Austria,

Father John Reves

 


“The action on man's spirit of the Light of which I write bears witness to its Divine Nature. It is uncreated, unnameable. It is mysterious, imponderable, inviolable.

I do not know how to describe it. By nature it is otherworldly, supranatural. Its coming down on us is no less than the manifestation of God to man, the revelation of heavenly mysteries.

By the gift of this Light at the Transfiguration on Mount Tabor was knowledge of God confirmed. From the moment it shone there on the three Apostles it entered into the history of our world, to become the inalienable inheritance of generation after gener­ation of those who believe in Christ-God.

Without this Light the earth would have for ever lacked true knowledge of God. Judging by my own experience I would call it the Light of resurrection. Its coming introduces the spirit into the sphere where there is no death. Without its irradiation it is impossible duly to apprehend the ways of salvation. The world - people - would remain in the darkness of ignorance. Even the most exquisite abstract theological formation does not mean salvation since it merely provides intellectual understanding without lifting one to the realm of Divine Being.

Sometimes this Light can be likened to a mountain-cloud over the heights where you stand. The cloud itself is saturated with light but you cannot see anything but cloud - all the rest of the world has disappeared.

Thus the Divine Light, bringing a new image of spiritual being, screens from our eyes the sight of the material world. This Light is steady, entire. It is full of profound peace. In it the soul contemplates Divine Love and Goodness. In its rich outpouring man ceases to be aware of his surroundings, even of his own body. Furthermore, he sees himself as light. This Light approaches softly, tenderly, so that one does not notice its embrace. Such a condition is like the gentle falling asleep of an ordinarily healthy person; but, of course, it is by no means sleep but fulness of life.

With the departure of this Light, as quiet as its advent, the soul slowly returns to her usual awareness of the everyday world. In the softened heart there is a deep peace.

The spirit continues to dwell at one and the same time on the divine plane and the earthly. The former, however, gradually recedes and a certain sadness invades the soul - a feeling of regret that with return of physical sensibility the inexpressibly benign touch of the Divine Spirit is fading away.

The fragrancy of the vision fades but does not altogether disappear. However, the very fading away begets a gentle longing for God; but prayer flows peacefully and from the whole being. Dwelling with the Lord destroys the passions - there is no more hankering after renown, riches, power or anything else of this world, all of which are connected with the passions, marked with tragedy and of short duration”..!!

(“We Shall See Him As He Is”, Archimandrite Sophrony(Sakharov), Essex 1988)


Archimandrite Sophrony (Sakharov)

We Shall See Him As He Is.

... And I ask myself.!..

Does anyone dare put down an answer to this affirmative title... “We Shall See Him... As He Is”.!..

Who dares say that.?!...

The Heart of God Is the answer.!!..

Who carries God’s Heart.?!..

God Himself.!!!.

We can’t but say: This book of “We Shall See Him... As He Is”, remains a very different and difficult book that was written by “Saint Sophrony Sakharov”...

And the answer, which is No answer is:

It Is only God who “dares” give an answer.!!!.

This is how and why a human soul gives an answer.!!!.

It is not a “Human Soul” that carries the Breath of “Saintliness”...

It is only:  The Heart of God The Lord, Creator of Humanity and Saintliness that dares says:

Yes.!!. I Am Who I Am.!!!.

I Am Who Is.!!!.

GOD LORD CREATOR.!!!.

AMEN.!!!.

Saturday, December 18, 2021

My soul sings hymns of praise to God.!..
Saint Sophrony the Athonite.

 

Russian icon of the Nativity of our Lord.


        All that is preposterous and frightful in the outside world, everything that is banal and tedious in daily life, resolves into a contradictory yet grandiose tableau. Both the noble and the ignoble somehow or other find their reflection in each of us. The manifold contrasts - of evil and good, ignorance and light, grief and joy, folly and wisdom, love and hatred, weak­ness and strength, construction and destruction, birth and death - all go to form the all-embracing vision of Being. The innumerable multitude of vexations and insults imposed on us degrade and put us to scorn. The soul despairs before such a spectacle. And suddenly the meaning of Christ's words, 'A MAN IS BORN INTO THE WORLD' becomes clear in their eternal significance, eternal even for God. And for this joy all previous ills and sorrows are remembered no more.

Saturday, December 11, 2021

le Christ est l’issue à TOUTE situation.!!.
Saint Sophrony l’Athonite.

       

Saint Sophrony l'Athonite.
       La joie et l'inquiétude vont de pair en ce monde. Voici déjà 35 ans que j'ai commencé mon service spirituel. Depuis lors, toute ma vie a basculé. Au début de mon éloignement du monde je me suis occupé presque exclusivement de moi-même. Il me semble que c'est parfaitement juste et naturel. C'est pareil quand on sert dans le monde: il faut étudier soi-même avant d'enseigner. Mais, comme vous le savez, mon service est de nature particulière: il exige que mon cœur se transporte à l'intérieur du pénitent ; et peut -être aussi, à l'inverse, que j'accueille le pénitent dans mon cœur. Il me faut vivre toutes sortes de drames, de maladies, de doutes, de souffrances; les joies sont rares. Je constate qu'au début j'étais plus capable de m'ouvrir rapidement aux autres. Maintenant, ce n'est plus la même chose : dans ma vieillesse, je sens fréquemment un certain épuisement de la force «émotionnelle» de mon cœur. L'accroissement de l'expérience spirituelle ne compense que partiellement cette perte. Ce mouvement d'amour, chaque être humain le perçoit comme un flux de forces vivifiantes; j'ai maintes fois remarqué qu'une compassion sincère à l'égard de quelqu'un qui souffre, qui est au bord du désespoir complet, s'avère à elle seule une force salvatrice. La lourde chape de désespérance disparaît pour un certain temps, l'âme revit et redevient capable de lutter.

Ma vie en Europe s'organise de façon inattendue et dépasse tous mes projets. Où que j'aille, des gens se réunissent autour de moi. Je suis arrivé avec un petit nombre de moines dans un trou perdu de campagne ; nous nous sommes installés, ignorés de tous, dans une maison abandonnée depuis longtemps. Au bout de trois ans les gens nous ont découverts et leur flot ne s'arrête plus. Ils viennent de tous les pays d'Europe, surtout, bien sûr, des plus proches; mais il y en a aussi beaucoup qui viennent de loin. Et voilà, je suis au bout de mes forces. Surtout parce que dans la plupart des cas je dois faire face à des problèmes pratiques insolubles. Les gens sont devenus si compliqués, psychologiquement parlant, que chacun est comme un nœud de contradictions inextricables. L'atmosphère spirituelle s'est appauvrie dans le monde entier et les gens n'ont pas où s'adresser pour demander de l'aide. La multiplication des relations sociales conduit étrangement à la raréfaction des contacts humains. La vie se dépersonnalise. Et dans l'Église, la relation avec le confesseur, si féconde auparavant, s'est appauvrie à mesure que les masses se détournent de l'Église. Perdre la foi en la Résurrection, c'est se condamner soi-même à mort. C'est pour cela que les gens ont l'impression que venir au monde est une absurdité. Indépendamment de tout ordre social, par la nature même de l'homme déchu, le tragique de la condition humaine ne peut être écarté.

Même l'amour entre les gens n'a qu'un temps et n'est pas toujours harmonieux. Une longue entente est rare. Et de nos jours, alors que la vie sociale distille un ennui mortel, alors que les époux peuvent ne pas dépendre matériellement l'un de l'autre, les mariages se défont trop souvent et trop vite. Ce sont les enfants qui en souffrent le plus. Ceci n'est que la partie la plus infime de ce que j'ai l'occasion de rencontrer. Les gens ignorent tellement comment se comporter, comment vivre, que la plupart d'entre eux sont dans un état de désespoir muet. Vous savez qu'il existe une issue à TOUTE situation: c'est le Christ"; mais la volonté des gens est paralysée par les passions terrestres, et cette issue universelle et salutaire (qui cependant est indissociablement liée à la lutte contre soi-­même, c'est-à-dire contre ses passions) est refusée dans la majorité des cas. « Venant d'au-delà des passions terrestres / Cette parole est sans écho» (comme dit Baratynski sur la mort de Pouchkine ).

À côté de tout ce qui arrive dans la vie privée, le monde connaît depuis le début du xx- siècle une période de guerres incessantes, grandes et petites. Partout, lès lendemains sont incertains. On sait que le grand froid tue toute vie aussi sûrement que le feu. Et les guerres ont pris ce double caractère : pour faire la guerre, on combat avec le feu quand c'est possible; quand c'est un peu plus grave, on se sert du froid. Mais c'est la même haine, démultipliée, qui a refroidi l'amour. Mon destin, c'est de prier pour la paix, pour la paix du monde entier. Je sais que la force de la prière peut arrêter les impudents, quoique pas jusqu'au bout. Mais si la prière de l'amour cesse, alors nulle culture, nulle science ne peuvent empêcher l'explosion.

Il ne convient pas à un chrétien de tomber dans le pessimisme. Mais cela veut dire que l'optimisme aussi devient déplacé. Le combat de l'esprit avec la mort continue. C'est notre lot dans la vie. Vous savez par expérience que la création du moindre foyer de vie demande beaucoup d'exploits spirituels et de persévérance. Et si nous ne désespérons pas, la victoire est à nous. Vous avez cette arme, « l'arme invincible de la paix ». Que Dieu vous accorde la force spirituelle pour accomplir dignement cet exploit qui est un privilège si rare à l'heure actuelle. Dans tous les cas: petits et grands, familiaux ou à l'échelle mondiale. Il ne nous est pas toujours possible de voir les résultats escomptés dans les limites de la Terre, mais il y aura des résultats, c'est sûr, dans le développement cosmique de l'existence du monde créé. C'est de là que nous tirons notre énergie intarissable pour la prière : la prière de l'esprit, si le corps s'affaiblit.

Mon conseil fraternel : ne désespérez pas, même dans les situations désespérées. La douleur de l'âme est inévitable, mais c'est de cette douleur que naît la force de la prière. Les soupirs venus des profondeurs atteindront les hauteurs de l'éternité. La Résurrection est un fait de l'existence. La chose la plus précieuse au monde, c'est la personnalité humaine. Si un atome d'hydrogène vit éternellement, comment la personne - ce miracle, cette splendeur - pourrait-elle mourir? La vie est puissante en bas de l'échelle de la création - elle l'est encore plus en haut.

 

 

 

Référence:

Lettres à des amis proches. Archimandrite Sophrony. Cerf(2013).

Saturday, December 4, 2021

Prayer, intuition and science.
Saint Sophrony the Athonite.


Saint Sophrony the Athonite.

[ ... ] I sent my Christmas wishes before receiving yours.

Since then, I have been so carried along by the stream of life that I haven't been able to write to you again.

It is natural for us, as Christians, to begin our contacts with those close to us by prayer and a blessing. For me this has become mandatory, and that is why I begin with that in each one of my letters addressed to those who I am sure will accept my blessing.

Now that you are so anxious, I must not delay answering.

But -forgive me - I will tell you openly that you have put me in a difficult spot. I will explain how.

You write: 'In the past my intuition never deceived me, but now I would be glad to know that I was mistaken.' If I tell you that this time your intuition has really gone wrong, or as you put it, deceived you, I am afraid that this will not really make you satisfied and happy. The more so because it is not the first time you were deceived about me and about those here with me.

But if I say nothing of this subject or if I delay writing, you will feel confirmed in your intuition, and the matter will take a completely unacceptable turn. In this connexion, let's first of all say something about this: to many people it has happened, and still does happen, that their dreams often prove somehow prophetic. So they get accustomed to trusting their dreams. And that is extremely dangerous, according to our ascetical understanding. Something similar happens to many people with their intuitions [ ... ]. When it concerns matters of little importance, a mistake is not yet so serious. But if it concerns questions of great importance, every error will re­sult in the uttermost catastrophe. Something like this happens constantly to most people in the world.

No less important is the problem posed by our excessive confidence in the conclusions of our intellect. In my book, I write very briefly on the question of the limits of our logic, that is, our logical thinking, and I say that the deductions of our reason are never absolutely correct. The same goes for the judgments we make about people. That is why the com­mandment was given to those who seek after Truth: 'Judge not'.!..

And what sort of judgment are we looking for, when it comes down to it? Surely one which is absolutely true, if we are `really humans and not 'pre-humans'. It is the same with our quest for knowledge - we aspire with an extreme tension of all our being to nothing less than absolute knowledge of the Truth. For every human being who is normal, that is, truly created in God's image, this is completely natural, and there is no other way to be. In our 'logical thinking', however, there is an inevitable flaw: the insufficiency of the 'sufficient grounds'.

So, usually, on the psychological level people consider the deductions of their reason as right to the point of being 'obviously right'. But if they are capable of self-analysis, they could, by the same logical means, understand that this 'obvi­ousness' misleads us and that we should not rely on it.

To bring forward a verdict, an absolutely true judgment, and so on, it is indispensable for us to be bearers of an all-em­bracing experience and a thorough knowledge. But we all know only 'in part', as St Paul said."? Of course, you, and anyone else will say: 'But then how can we live, that is, act in everyday life?' Yes, it's not straightforward. Our science is too great, and the goals set before it are so majestic, that any other 'science', however proud of itself, is NOTHING com­pared to it. Take for example the journeys in space of our con­temporary 'astronauts' or 'cosmonauts' - they are nothing in comparison with the infinite immensity of the universe.

Yes, undoubtedly, in this world, in one way or another we always suffer. It is natural for us to yearn towards Unoriginate Being and to seek union with the First Origin of all being, but within the confines of earth and the restrictions of our flesh we do not attain perfection. Hence our suffering, We forget the insignificant details of this earthly plane, we give way to everyone; we often lay ourselves open even to dishonour, rather than carve out our own career, whatever it may be. We are powerless, not that we really are so, but because of our love for God and our fellow-humans we step back and give way.

So then, I beg you to draw from these few remarks the appropriate conclusion, which is: in the first place, moderate your confidence in your intuition, and then you will make less errors. It will become considerably easier to love you, and you yourself will be more free in your love for others. Be sure that more than once you have coldly passed by sincere love shown towards you. Knowing your ardent quest for truth and perfection, I allow myself to say - according to the Apostle Paul once again - that I may be in debt in many respects, but not that of love. You will tell me I have altered St Paul's words. Yes, I accept that it's an adaptation, but it is to underline the meaning, as I see it, of his exhortation, which is that we must love others, at the very least as much as they love us. Indeed, M. loves you, but no more than several others do. Besides, she has done much less for you than others who never cease thinking about what more they could undertake to make you happy in one way or another. Don't 'needle' them any more with criticism, however disguised.

The other day I got a letter from M. She writes to me: 'X, now, there is a person who does not wound people, who isn't "prickly" with people.' That is how Staretz Silouan was too. And even though we are not all like these people, let us make an effort at least to be a little 'easier'.

[ ... ] I have often said to people that if they had no inten­tion of radically altering their lifestyle after it happened that they obtained healing through prayer, they would do better to turn to the usual doctors. The doctors receive their salary, and that is the end of the matter as far as they are concerned. Doctors do not take upon themselves more responsibility than they deem necessary, and that depends on the sensitivity of each doctor. [ ... ]

With Christian prayer it is quite different. The one who prays takes upon himself inwardly something of the sufferings of the one he is praying for, and, beyond that, the responsibil­ity for this person before God. I am not saying that with the intention of refusing. to pray for M., but to say that we place even God in an impossible situation. One could speak at length about this subject, but, one way or another, we have brought Him to the Cross, we have killed Him, and now we fabricate a 'theology of the death of God'. Contemporary science has made considerable advances in its mastery over the forces of nature, but what an outcome: the Creator 'of na­ture is at each step further and further ousted from the world and from human consciousness. The more the true miracles of the world are revealed, the less sensitive man is to mira­cles.

 

 

Reference:

Letters to his family. Archimandrite Sophrony(Sakharov). Essex 2015.

Saturday, November 27, 2021

Quand la prière personnelle devient universelle.
Saint Sophrony l’Athonite.

 

Icône de Saint Sophrony ornée
 à l'occasion de sa fête dans
la nouvelle Église bâtie à son nom
à “Kato Vathia” en Crète, en 2020.
    Dans les évangiles on trouve une prédiction du Christ - il me semble que c'est aux chapitres 24 de Matthieu et 22 de Luc; il y est beaucoup question de la fin des temps et des terribles afflictions qui frapperaient le monde entier pour de longues années. Le Seigneur dit d'une manière paradoxale: "Lorsque vous entendrez parler de tout cela, relevez vos têtes, ne vous alarmez pas, car cela doit arriver" (cf. Matthieu 24, 6; Luc 21, 9). C'est en effet, dans la création d'hommes sauvés en Dieu par le Saint-Esprit - déifiés - que se trouve tout le sens de l'histoire.

Bien que la guerre se fût terminée, disons, victorieusement pour la France (j'avais été attiré par ma profession en France qui était à ce moment historique le pays occupant la première place dans la sphère de mon art) je ressentis - comment dire? - la nullité des résultats de cette guerre sur le plan éthique; bien au contraire, elle anéantit de nombreuses valeurs et brisa d'innombrables vies humaines. Je dois cependant vous dire que, malgré tout, les malheurs d'alors n'avaient pas une forme aussi profonde que maintenant, que les souffrances et le désespoir étaient à cette époque considérablement moindres et plus facilement supportables que les souffrances actuelles.

Nous sommes nés dans un monde différent

Pourquoi est-ce que je vous parle maintenant de cela? C'est parce qu'à nous, moines de notre époque, se pose la question: comment devons-nous organiser notre vie monastique de telle sorte que nous trouvions le salut en Dieu? Dans le monde tel que je l'observe, le progrès réalisé sur le plan scientifique, depuis l'époque où je suis entré au monastère, est colossal. Par contre, les hommes qui vivaient à l'époque de la première édition de la Philocalie, (1784, N.d.T.), possédaient une patience incomparablement plus grande, un espoir dans le salut incomparablement plus grand que maintenant.

Les conditions de la vie du monde ont changé, si bien que les gens qui se marient et donnent le jour à des enfants, les mettent au monde dans un contexte très différent de celui de jadis: à bien des égards il y a une amélioration, mais, dans une proportion encore plus grande, la procréation d'enfants dans ce monde est devenue un problème bien plus difficile qu'autrefois.

Une ascèse adaptée à nos forces

L'apôtre Paul dit quelque part que les Pères d'autrefois, de l'Ancien Testament, - des géants de l'esprit, des héros de la foi, - n'atteignirent pas les révélations que reçurent les apôtres; et il utilise l'expression: "afin qu'ils ne trouvent pas le salut sans nous" (cf Hébreux Il, 40). Maintenant, ayant eu la possibilité, par la bienveillance de Dieu, de passer par toutes les formes de la vie monastique, je vous dirai que nous ne pouvons pas maintenir les formes de vie de nos pères. Il nous faut nécessairement organiser la vie de telle manière que tout corresponde à nos forces.

Les temps de la Philocalie à l'Athos

De quoi s'agit-il? Depuis l'époque où, comme je vous l'ai déjà dit, après la Première guerre mondiale, je me mis naturellement à penser à la vie du monde dans son ensemble, l'esprit de l'homme appréhende toute l'humanité d'une manière plus réelle qu'auparavant. J'ai encore trouvé à l'Athos les temps de la Philocalie, et, même jusqu'à présent, ils n'ont pas cessé. Plusieurs cas étonnants m'ont procuré une grande joie et une vive reconnaissance envers Dieu, de ce que les hommes aient commencé à penser l'humanité dans sa totalité.

Un moine qui priait pour le monde entier

Je me souviens d'une rencontre remarquable qui s'est gravée pour toujours dans ma vie. C'était tout au début de ma vie monastique, - dans les années vingt-cinq ou vingt-six, me semble­t-il. J'étais allé au bord de la mer et j'y aperçus un vieux moine ayant à la main un long chapelet de trois cents noeuds. Je m'approchai de lui avec la crainte propre aux débutants et m'arrêtai en silence, observant comment il priait: assis sur une grande pierre, il égrenait son chapelet. Je trouvai enfin, mais avec difficulté, le courage de lui dire: "Père, priez pour moi." Je le lui demandais parce que lorsque j'avais quitté la France en mille neuf cent vingt­cinq, l'esprit du désespoir me dominait déjà, dans une forme moins aiguë que plus tard, mais malgré tout il me dominait. Et ainsi, écrasé par ce désespoir, je lui demandai: "Père, priez pour moi." Il me regarda et me dit: "Tu vois ce chapelet? Je le dis pour le monde entier. Je prie pour le monde entier. Et tu es là, dans ma prière." Il est difficile d'expliquer pourquoi nous avons telle ou telle réaction. Toujours est-il que je ne m'éloignai pas à sa première parole. Après un certain temps, poussé par le désespoir de ces jours, je lui dis: "Père, priez pour moi". Il répondit: "Je t'ai déjà dit que je prie pour le monde entier, et tu es ici, dans cette prière". Je restai silencieux pour quelques instants; de nouveau, pour la troisième fois - car mon affliction était profonde - je lui dis timidement: "Père, priez pour moi." Il me regarda avec bonté et me dit: " Mais je t'ai dit que tu es ici - il me montra son chapelet. Que te faut-il de plus? Tu es ici, dans cette prière que je dis pour le monde entier. "Je m'éloignai, impressionné par l'état d'esprit de ce starets:

"Je prie pour le monde entier, tu es aussi là, et ainsi je n'ai pas à me disperser pour des choses particulières." Comme je venais d'arriver à l'Athos, je fus évidemment fort impressionné en rencontrant cette forme de prière. Je me demandais tout le temps comment ce starets appréhendait le monde entier pour lequel il priait: dans le temps? dans l'espace? était-ce toute l'humanité depuis Adam jusqu'à nos jours? Ou bien sa pensée était-elle encore plus profonde et plus englobant? Mais, les premiers jours de ma vie dans l'habit monastique, je n'ai trouvé à l'Athos que cette forme de prière pour le monde entier.

Église de Saint Sophrony
à “Kato Vathia” en Crète.

Nous sommes tous liés les lins aux autres

Durant mes soixante-dix années - ou presque - de vie monastique, il m'est arrivé de vivre bien des moments pénibles, parce que, lorsque nous prions pour quelqu'un, comme nous l'avons déjà souvent dit, la prière nous introduise dans la sphère spirituelle de la personne pour laquelle nous prions.

Mes chers frères et sœurs, je m'efforce tout le temps de fixer votre pensée sur le fait que nous ne sommes pas isolés, coupés des autres. Non, - nous vivons dans un monde où tout est uni, où une chose est liée à l'autre.

Je vous ai maintenant exposé partiellement les conditions de vie qui correspondent à la structure intellectuelle et physique des hommes de notre époque qui viennent à la vie monastique.

Si nous prions pour l'Adam total ...

Récemment, en évoquant des événements qui pèsent lourdement sur nos épaules, j'ai suggéré à la personne avec qui je parlais, de prier ainsi: "Seigneur, protège-nous. Tu vois notre incapacité de résister à ces vagues de souffrances cosmiques. "Il est en effet pleinement légitime de penser que l'enfer est produit par l'absence d'amour chez les hommes. Les hommes ne vivent pas par l'amour, mais par la haine. Je lui ai ensuite précisé ma pensée:

"Lorsque vous priez pour vous-même, pour le monastère, pour les frères, priez jusqu'à cette limite: "Seigneur, protège-nous; donne ­nous un petit coin sur terre où nous puissions célébrer la Liturgie pour Toi, T'offrir une prière dans la forme de Gethsémani". Priez seulement jusqu'à ce point: "Protège-nous", parce que nous ne pouvons pas souhaiter quelque chose de mauvais à qui que ce soit". Et quelle fut sa réponse? "Mais évidemment! Si nous nous efforçons de prier ici pour l'Adam total, pour toute l'humanité, comment pourrions-nous simultanément souhaiter du mal à qui que ce soit, même à ceux qui nous causent une affliction mortelle?"

Voyez comme cela se répand: d'abord ce starets qui m'avait Sainte Montagne, à l'Athos ... Aux jours où je suis arrivé à l'Athos, il s'y trouvait très peu d'hommes instruits. C'est avec difficulté que certains pouvaient lire et écrire quand ils arrivaient à l'Athos, mais ensuite ils se développaient en lisant les saints Pères. Etant peu au courant des affaires du monde, ils priaient cependant pour le monde entier. Ce starets qui ne voulait pas interrompre sa prière pour satisfaire à la demande d'un novice... dans quelle sphère spirituelle demeurait-il? Et dans quelle sphère demeure l'homme intellectuellement développé d'aujourd'hui? Si nous comparons leurs niveaux spirituels, lequel des deux sera reconnu comme supérieur? .

Ces moines vivaient moins par les événements de ce monde, ils vivaient sans être au courant des progrès de la science, de la technique et ainsi  de suite, mais leur esprit demeurait dans l'éternité. Leur prière avait pour objet le salut éternel. Mais lorsque notre esprit, l'esprit des intellectuels actuels, ne peut pas demeurer dans l'éternel, même pour quelques brefs instants, il serait intéressant de savoir qui vit dans un monde plus élevé ...

Quand la prière personnelle devient universelle

Est-ce que je m'exprime correctement en disant qu'il y a un état de l'esprit humain dans lequel on vit l'Adam total d'une manière naturelle en invoquant constamment le Nom de Dieu:

"Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur"? A une telle prière personnelle que s'unit alors une prière de portée universelle, comme nous le voyons dans le cas de Séraphin de Sarov. Nous vivons maintenant dans un monde incomparablement plus riche sur le plan de la technique et sur celui de l'instruction. Mais cette forme de vie est-elle vraiment supérieure? Si nous voulions faire des comparaisons, nous devrions reconnaître que, tout compte fait, les Pères anciens étaient supérieurs à nous, non seulement dans le domaine de la prière mentale, mais encore par l'état d'esprit dans lequel ils se trouvaient. Mais si, en faisant l'expérience du Nom du Christ, nous sommes introduits dans ce monde qui souffre, c'est aussi une grande œuvre.!..

 

 

 

Référence :

Paroles à la communauté. Archimandrite Sophrony Sacharov. Novembre 1993. N*15.